untitled

Cette oeuvre de Paul Delaroche (National Galery de Londres) est la peinture préférée d'Audrey (ma coloc), voici son histoire..

Jane est la fille de Henry Grey (1508-1554), marquis de Dorset, et de Frances Brandon (1517-1559). Frances est la fille de Marie (1496-1533), fille du roi Henri VII d'Angleterre, et de Charles Brandon, donc Jane est héritière légitime et aussi protestante.

Son cousin, le roi Édouard VI, la choisit pour lui succéder, mais ses partisans doivent lutter contre ceux de Marie Tudor, fille du roi Henri VIII. En 1553, elle épouse Guilford Dudley (?-1554), fils de John Dudley, 1er duc de Northumberland. Le duc espère dominer les jeunes, et ainsi lui-même régner.

Jane est vite renversée. Marie Tudor ne veut pas la mettre à mort, mais n'a guère le choix, en raison de ses liens avec l'Espagne. Jane meurt décapitée à la Tour de Londres.

Jane s'est mise à genoux et a tenu le billot. Alors, elle a abaissé sa tête et son mince cou sur le billot. Ses derniers mots furent "Seigneur, entre vos mains, je remets mon esprit". Le bourreau a balancé sa hâche sur le cou de Jane, séparant sa tête de son corps. Le sang gicla sur l'échafaud et sur le public. Le bourreau prit alors la tête de Jane par les cheveux et hurla : "Périssent ainsi les ennemis de toute reine. C'est la tête d'un traître ! "»

Pourquoi cette préférence pour ce tableau me demanderez vous ? Après l'avoir examiner avec attention, je commence à comprendre ce qui a fasciné audrey.

Ce tableau peut être vu comme une scène de théâtre dans le sens où le tragique est exacerbé, notamment dans la posture quasi héroïque de la jeune femme. On sent que le peintre éprouve une certaine pitié pour cette jeune fille dans la représentation de celle-ci, à genou, toute de blanc vêtue et les yeux bandés. En effet, elle est la première chose qui a attiré mon regard. Puis, il s'est porté sur l'homme (peut être un homme d'Eglise) soutenant Lady Grey. Aussitôt il m'est apparu comme un personnage intrigant. En effet, il semble éprouver une certaine compassion dans ses gestes, peut-être du fait des égards dus à son rang de reine, à sa jeunesse et au fait de son exécution politique, mais c’est tout de même lui qui l’emmène vers le billot et donc vers la mort : il a ainsi un rôle ambigu. Ensuite mon regard s'est dirigé vers le bourreau, puis sa hache, (ce qui permet de comprendre rapidement son rôle et le rang de la jeune fille, la décapitation étant une exécution réservée aux nobles depuis le Moyen Âge).

Enfin, les femmes à gauche sont probablement des proches de Lady Grey déplorant ainsi la perte de cette femme, mais elles peuvent aussi représenter une partie de la noblesse protestante, qui constate l’avènement d’une reine catholique et ainsi un changement plus ou moins radical dans les mœurs de la société.

L’aspect dramatique (dans le sens théâtral) est accentué par la mise en scène et le décor inspiré de la période entre le Moyen Âge et la Renaissance. La présence du billot accentue ce côté dramatique et on en vient à compatir totalement avec le sort réservé à cette reine.

Je suis curieux de connaître vos impressions ....