Hommage à Sacha Guitry

Enfin un samedi soir, avec un vrai programme TV, une pièce de théâtre de Guitry diffusée sur France 2.

Résumé : Lui est un brave homme, pas très intelligent mais affable et bon vivant. Elle, sa femme, est jolie et distinguée. Il prétexte un rendez-vous urgent : il doit partir dans l'instant. L'hôte, qui a tout entendu, est jeune et séduisant. Il lui déclare sa flamme, qu'elle avoue partager. Ils décident de se revoir le soir même. Il l'attend avec impatience. Quand elle arrive enfin, elle tombe dans ses bras. Le lendemain matin, c'est le drame : ils ne se sont pas réveillés ! Elle s'affole, il plaisante. C'est alors que le mari arrive. La femme entreprend tout ce qui est en son pouvoir pour dissimuler sa scabreuse situation...

C'est une comédie irrésistible : le mari, la femme, l'amant, thème récurrent dans le théâtre de boulevard ... L'un ne va pas sans les deux autres... Tous les mensonges sont ici délicieux ! C'est léger, c'est brillant !

Un petit bijou qui m'a emmené dans les années 30, ses costumes élégants, un style enjoué, insouciant.

Les trois comédiens ( Pierre Arditi, Michèle Laroque et François Berléand) sont excellents ...avec une mention spéciale pour Arditi lancé dans un monologue époustouflant d'humour et de talent.

J'ai pris un grand plaisir devant cette pièce de Sacha Guitry qui sait offrir un théâtre passionnant

Citations :

- « Être marié !… ça, ça doit être terrible. Je me suis toujours demandé ce qu'on pouvait bien faire avec une femme en dehors de l'amour »
- « Pourvu qu'elle ne soit pas malade !… Elles ont toujours quelque chose, c'est vrai ça. On dirait qu'elles ont deux fois plus d'organes que nous !»
- « Dites-vous bien qu'une femme comme vous ne vit pas avec un cocu… même le sien. »
- « Quand on fait un mensonge, il faut le soigner, croyez-moi… Ainsi, c'est un hommage que l'on rend à la personne que l'on trompe. »
- « Pourvu, surtout, qu'elle n'ait pas réfléchi. Car elles ne font que des bêtises quand elles réfléchissent !… »